Me Marcel Bersier Invité de la RTS

Me Marcel Bersier était l’invité de l’émission-débat de la RTS « faut pas croire » diffusée le 4 mai 2013 qui avait pour sujet « Grève de la faim: l’arme ultime ».

marcel-bersier-faut-pas-croire-rts2013

Grève de la faim: l’arme ultime

Le 16 avril, un détenu de 32 ans est mort à l’hôpital de Zoug après 82 jours de grève de la faim. Une première en Suisse. Le canton avait adopté des directives interdisant l’alimentation forcée des détenus. Des dizaines de prisonniers sont également en grève de la faim à Guantanamo.

L’alimentation forcée est-elle une forme de torture, comme l’affirme Amnesty international ou s’agit-il d’assistance à personne en danger ? Est-ce qu’un détenu peut librement disposer de son corps et de sa vie?

Invités:

  • Marcel Bersier, avocat et bioéthicien
  • Hans Wolff, médecin responsable de l’Unité de médecine pénitentiaire HUG et membre de la Commission Centrale d’Ethique (CCE).

L’intégralité du débat est disponible sur le site de la RTS ou ci-dessous.

——————————————●——————————————

Vous avez aimé cet article? Souscrivez à nos flux RSS ou suivez-nous sur Twitter et soyez informé de chaque nouvelle publication!


1 commentaire to 'Me Marcel Bersier Invité de la RTS'

Souscrire au flux de commentaires RSS or TrackBack to 'Me Marcel Bersier Invité de la RTS'.

  1. Bravo Me Bersier pour votre intervention à cette émission de soutenir la vie, je viens de découvrir ce reportage, toutes mes félicitations !

    Vous avez parfaitement raison, il est du devoir des médecins de porter assistance.
    Etre détenu en prison, n’est pas une condition de vie normale, peu importe le délit, faut-il encore que l’interné comprenne pourquoi il est enfermé afin qu’il accepte sa faute.

    Pour moi, un détenu ou un citoyen mettant en danger sa santé par revendication d’une cause qu’il juge lui-même injuste et l’aide au suicide apportée à une personne en fin de vie, ne peut pas être considérée de la même manière à l’action médicale qui doit être apportée et à la législation qui devrait être appliquée car ce sont deux cas de figure différents à dissocier.

    La revendication devrait être écoutée attentivement afin d’épuiser toutes les solutions sans pour autant accepter une forme de chantage. En général, les personnes qui en arrivent là, vivent une très grande souffrance si elles s’estiment punies injustement en vivant une injustice.

    Une justice responsable devrait contribuer à l’analyse des solutions. Cultivé du chanvre et faire plus de 6 ans de prison….à première vue, cela paraît extrémiste….par rapport à la sauvegarde d’une vie humaine.

    La grève de la faim à cause d’une injustice, je vous avouerai y avoir déjà songé lorsque ma situation personnelle vécue était à son paroxysme où j’ai également songé à m’enchaîner devant la porte de mon employeur !!! C’est le chevet auprès de maman mourante qui m’a certainement empêchée de passer à l’action. M’aurait-on laissé mourir à l’hôpital comme ce détenu, si par désespoir, j’aurai refusé de m’alimenter?

    En conclusion, le déclencheur d’une grève de la faim par revendication, c’est d’être persuadé que l’on est « victime » d’une injustice !

    Tout le monde est concerné; le peuple, les politiques et les psychiatres qui devraient s’assurer que le jugement à l’internement soit bien compris par ces personnes. Cela éviterait ces cas extrêmes irréversibles, bien avant que le corps physique soit ensuite accompagné jusqu’à la mort.

    L’excuse donnée pour n’avoir rien tenté afin d’empêcher cette fin tragique, repose uniquement sur le le choix volontaire du patient désespéré et observé avec discernement ! Ouf, les apparences sont donc sauvées et personne n’est responsable pour n’avoir pas porté « assistance » à personne en danger !? C’est tout à fait légal, magnifique !

    Mais comme d’habitude, il y a tellement peu de cas, du moins en Suisse, pas la peine de perde son temps. Ignorance totale et égoïsme d’un monde endormi et sourd….auquel il est plus facile de se décharger de ses responsabilités.

    Merci de dire NON et de soutenir la vie sous toutes ses formes.

    Bien à vous.

    Pseudo Lumière

    23 août 13 at 21:07

Laisser un Commentaire

A Propos de l'Auteur

Me Marcel Bersier

Avocat au Barreau de Genève
Maître Marcel Bersier est né à Genève où, après sa licence en droit (université de Genève 1979), il a obtenu le brevet d'avocat en avril 1982. Il pratique le barreau en qualité d'avocat indépendant depuis 1993. Me Bersier est le premier avocat suisse à avoir obtenu le titre de licencié en bioéthique auprès de la faculté de bioéthique de l'université vaticane Ateneo Pontificio Apostolorum à Rome. Me Bersier est membre de l'Ordre des Avocats de Genève, de la Fédération suisse des avocats, ainsi que de nombreuses associations nationales et internationales actives en droit fiscal, droit des affaires, etc. Il a participé à plusieurs panels en qualité de conférencier en Suisse et à l'étranger. Ses principaux domaines d'activité sont le droit fiscal, le droit commercial, le droit des sociétés, le droit des contrats, le droit successoral, le droit immobilier, le droit du travail et la bioéthique. Me Bersier est l'auteur de diverses publications dans le domaine du droit du travail et est directeur de publication d'un Guide pratique du droit du travail auprès d'une maison d'édition dont le siège est à Zürich. En savoir plus →
—————————●—————————

A Propos de l'Article

Publié le 04/05/2013 (il y a 4 années)

Catégories:
Chronique, Etude Bersier, Avocats Genève, Médias

Etat du standard téléphonique: (indisponible) (disponible) Horaire du standard, du lundi au vendredi: 8h30-12h30 (matin) 14h00-17h30 (après-midi)