Rejet de l’initiative « Non au tourisme de la mort » à Zurich

Les Zurichois ont rejeté le 15 mai 2011 l’initiative cantonale destinée aux Chambres fédérales qui exigeait l’interdiction de l’assistance au suicide par 234’956 voix contre 43’165. Ils ont également rejeté l’initiative « Non au tourisme de la mort » exigeant qu’une personne habite dans le canton depuis un an pour bénéficier de l’aide au suicide par 218’602 voix contre 60’186.

Ces deux initiatives avaient été lancées par l’Union démocratique fédérale et le Parti évangélique.

Ces résultats confirment les récentes enquêtes mettant en évidence l’importance pour les citoyens du droit à l’autodétermination, face à la maladie, notamment la maladie d’Alzheimer et même face à la mort. Ce choix apparaîtrait ainsi plus important que les effets pervers qu’il engendrerait, tels le danger de la commercialisation et celui désigné sous les termes « tourisme de la mort ». Il serait supérieur au droit à la vie.

Cette évolution démontre ainsi le fait que l’assistance au suicide est un outil qui ouvre incontestablement la voie à une légalisation de l’euthanasie active directe. Cela est d’autant plus regrettable que le débat éthique s’est résumé dans le cas zurichois à des lettres de lecteurs !

Ce contexte ne peut que conforter nos autorités dans la nécessité de légiférer en vue de définir clairement les devoirs de diligence pour les activités des organisations d’assistance au suicide. Face à ce prétendu « droit » à l’assistance, il est nécessaire que l’Etat surveille les organisations d’aide au suicide.

Il est rappelé à ce propos que le Conseil fédéral s’est engagé en faveur d’un arsenal renforcé des mesures de prévention du suicide et d’encouragement des soins palliatifs.

Espérons que nos autorités auront le courage de leur engagement et du débat éthique dans le but, en particulier, de replacer le droit à l’autodétermination à sa juste place dans l’échelle des valeurs de notre société.

——————————————●——————————————

Vous avez aimé cet article? Souscrivez à nos flux RSS ou suivez-nous sur Twitter et soyez informé de chaque nouvelle publication!


Laisser un Commentaire

A Propos de l'Auteur

Me Marcel Bersier

Avocat au Barreau de Genève
Maître Marcel Bersier est né à Genève où, après sa licence en droit (université de Genève 1979), il a obtenu le brevet d'avocat en avril 1982. Il pratique le barreau en qualité d'avocat indépendant depuis 1993. Me Bersier est le premier avocat suisse à avoir obtenu le titre de licencié en bioéthique auprès de la faculté de bioéthique de l'université vaticane Ateneo Pontificio Apostolorum à Rome. Me Bersier est membre de l'Ordre des Avocats de Genève, de la Fédération suisse des avocats, ainsi que de nombreuses associations nationales et internationales actives en droit fiscal, droit des affaires, etc. Il a participé à plusieurs panels en qualité de conférencier en Suisse et à l'étranger. Ses principaux domaines d'activité sont le droit fiscal, le droit commercial, le droit des sociétés, le droit des contrats, le droit successoral, le droit immobilier, le droit du travail et la bioéthique. Me Bersier est l'auteur de diverses publications dans le domaine du droit du travail et est directeur de publication d'un Guide pratique du droit du travail auprès d'une maison d'édition dont le siège est à Zürich. En savoir plus →
—————————●—————————

A Propos de l'Article

Publié le 17/05/2011 (il y a 6 années)

Catégories:
Etude Bersier, Avocats Genève

Etat du standard téléphonique: (indisponible) (disponible) Horaire du standard, du lundi au vendredi: 8h30-12h30 (matin) 14h00-17h30 (après-midi)